Les bébés de la consigne automatique – Ryû Murakami

Murakami-Ryu-Les-bebes-de-la-consigne-automatique

Hashi et Kiku sont frères. Aucun lien de sang ne les unis, seul une de ces facéties dont l’existence a le secret : tous deux ont été abandonnés par leur mère respective dans un casier de consigne automatique. Cet été là, plusieurs autres nourrissons se sont retrouvés bien malgré eux dans ce lieu brûlant, exigu et suffocant, mais seuls nos deux héros ont eu la force et la chance nécessaire à la survie. Hébergés dans le même orphelinat, adoptés par la même famille. Des frères, avec tout ce que cela engendre de complicité, et de désunion.

Car Hashi et Kiku grandissent, et découvrent le monde tel qu’il est réellement. L’heure des règlements de compte approche à grand pas, et si la vie n’offre pas aux deux frères la justice qu’ils méritent, alors ils la prendront par la force. Car leurs mères les ont délaissés, et le monde, incapable de remplir le trou béant qu’ils ont en-dedans, ne leur est d’aucun réconfort, jamais. Évoluant dans un milieu où la folie est une norme, rien n’est en mesure d’apaiser ces deux être qui empruntent des chemins différents et se perdent de vue pour au final se réunir dans un idéal : que ce monde crève.

Sombre et magnifique lutte pour la survie dans un Japon décadent condamné dès les premières lignes, Les bébés de la consigne automatique noie la société nippone sous un océan d’acide révélateur, mettant à nu un système putréfié qui abandonne sa jeunesse à la décadence dans sa course à la réussite. Depuis la sortie du roman en 1980, rien n’a changé, et Ryu Murakami a encore des tonneaux d’encre à verser pour tenter en vain de transformer une société vouée à l’échec.


Les bébés de la consigne automatique, de Ryu Murakami, éditions Philippe Picquier, 10.50 €

Armand

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :