Princess Ugg – Ted Naifeh

Princesse UgTed Naifeh n’est de rien moins que le père de Courtney Crumrin, une apprentie-sorcière dont l’univers gothique et magique en a fait frissonner plus d’un entre 2004 et 2013. Si j’aime à comparer l’auteur à Mike Mignola (Hellboy) pour son graphisme particulier, son univers sombre et sa gestion des ombres, c’est dans un tout autre registre qu’on le retrouve aujourd’hui. Fidèle à Akileos, Ted Naifeh revient à présent avec une bande dessinée colorée, qui égratigne le joli minois des princesses à la sauce Disney : Princesse Ugg, ou la jeunesse non-officielle de Red Sonja!
Princesse Ugg. La jeune Ülga est une princesse, fille de Thorgirm et de la reine Fridrika, guerrière la plus redoutée de tout Grimmeria. Aucun doute ne peut donc être formulé quant à son ascendance royale. Mais Ülga est une princesse d’un genre un peu particulier, de celui dont on aimerait en voir plus souvent. Remplacer la silhouette longiligne par un corps musculeux, les robes par quelques pièces de peaux de bêtes et les bijoux par une paire de haches et vous tenez à peu près le portrait de notre héroïne. Ne reste alors qu’à la projeter dans le cadre le moins adapté pour que démarre une quête incongrue et hilarante.
Délaissant le froid de Grimmeria pour le climat délicieux d’Atraesca, notre princesse « barbare » se présente un beau matin devant les portes de la prestigieuse Académie des Princesses, bien décidé à apprendre ce que son propre peuple n’est pas en mesure de lui inculquer. Au programme : cours d’équilibre, de théâtre, de musique et j’en passe. Et pour animer tout cela, un casting aux petits oignons de princesses de toutes les nationalités et de professeurs triés sur le volet. Mais ce n’est pas exactement ce que recherche la jeune Ülga, qui n’est évidemment pas descendu de sa montagne pour devenir une jeune femme du monde. Au contraire, loin de toute frivolité, elle tient dans sa main l’avenir de son peuple.
Pour qui a déjà lu une série signée Ted Naifeh, vous êtes en terrain conquis tant le schéma de l’auteur est respecté : un personnage déraciné, épaulé par un mentor ambiguë qui va l’aider à affronter les dangers d’un monde plus hostile qu’il n’y paraît. Si Ülga peut étaler quelques géants des glaces, rien ne l’a jamais préparée à supporter le regard des autres et l’hostilité suscité par son statut d’étrangère, ni même à négocier avec des princesses en pleine crise d’adolescence. Si la caractérisation des princesses peine à se mettre en place, c’est parce que des mots même de l’auteur, la série se décomposera en quatre volumes pour s’attarder sur chacune d’entre elle. Après Julifer, ce sera donc à Desmedona de prendre la relève dans le tome 2.
Présenté dans un écrin comics, ce premier tome se décompose en quatre chapitres dont la construction en quatre temps n’échappera pas à un habitué de la bande dessinée américaine. Petit-à-petit, Ted Naifeh déconstruit l’univers rose bonbon des princesses et détourne les codes de la bande dessinée jeunesse, encore trop souvent sexiste. On se surprend un sourire aux lèvres la majeure partie du temps, quand une pique d’humour cynique et gratuite ne déclenche pas un simple fou rire. Le personnage d’Ülga est une vraie réussite, forte et fragile à la fois, humaine en un mot.
Finalement, Princesse Ugg est un petit plaisir coupable, autant pour un enfant que pour un adulte. La quête lourde de sens de la jeune fille contraste avec un univers et un récit plus léger, drôle et un brin irrévérencieux qui ne demande qu’à se développer. On attend de voir où tout cela nous mènera, mais on répond d’ores-et-déjà pour un tome 2, avec le sourire en prime.

Princesse Ugg de Ted Naifeh, Akileos, 15€, à paraître aujourd’hui même !
Johan

 

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :