La Lettre à Helga – Bergsveinn Birgisson

Ami de la poésie, bonjour. Ou bonsoir.

Aujourd’hui, un texte de chez Zulma, La lettre à Helga, de Bergsveinn Birgisson. Et si vous ne connaissez pas ce petit éditeur, un petit tour sur leur site vous éblouira. Enfin peut être pas, mais leur production est très très intéressante avec des textes de qualités. Ce petit roman – un peu plus de 130 pages – vient de sortir en poche chez Points. Ne serait-ce que pour la couverture, la version Zulma est bien plus intéressante.

L’histoire de Bjarni. Celle de sa vie ou tout du moins d’une partie. L’histoire de l’Islande, aussi.

Au crépuscule de sa vie, Bjarni décide d’écrire une lettre à cette femme qui n’était pas la sienne, Helga la douce, Helga la belle qui vivait avec son mari, près de chez lui. Il revient sur sa relation avec sa femme après la nouvelle de sa stérilité, sur les rumeurs de relation entre lui et Helga. Et tout ça c’est compliqué. Entre une femme invivable depuis cette horrible nouvelle, des voisins qui propagent la rumeur de l’adultère, l’ambiance est sympathique. C’est sans compter sur le côté très terre à terre de ces paysans. Bjarni continue sans s’inquiéter, tout juste intrigué, tiraillé entre rêve et réalité. Ce qui donne une longue lettre dont on ne sait si elle trouvera son destinataire, si elle est toujours de ce monde. Une lettre pleine d’une poésie crue, de beauté naturelle et d’amour brut. D’une certaine forme de tendresse et de retenue. L’auteur est par ailleurs diplômé en littérature islandaise ce qui résulte en un certains nombre de références littéraires et folkloriques qui donnent envie d’en savoir plus sur la culture de cette petite île.

C’est aussi une lettre d’amour aux traditions qui ont fait le pays et au pays lui même.

Il est difficile d’en parler sans raconter toute l’histoire, aussi n’en dirais-je pas plus excepté que ce roman épistolaire est plein de poésie empreinte de la rudesse du froid mordant. Que c’est une invitation à découvrir ce petit pays perdu dans l’Atlantique.

Cette lettre c’est l’attachement à la terre, aux traditions des aïeux, le souffle glacial des contrées nordiques. Ce sont les relations dans des régions où tout le monde connait tout le monde, où les rumeurs dépassent la vérité. C’est l’amour impossible mais aussi l’opposition de deux mondes, deux Islande. La rurale d’un côté, toute à ses traditions et la citadine moderne de l’autre. Deux mondes qui semblent incompatibles mais ne le sont peut être pas tant que ça.

Impossible de rester de marbre à la lecture de ce texte. Je vous mets au défi.


La lettre à Helga, Bergsveinn Birgisson, Zulma, 16.50€.

La lettre à Helga,  Bergsveinn Birgisson, Points, 6.5€.

Quentin

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :