Aucun homme ni dieu – William Giraldi

couv_aucunhommenidieu_4

D’abord le silence. Puis le froid.

L’absence de chaleur, plus que le froid lui-même.

L’intrigue se pose pas à pas, le bruit étouffé par la poudreuse fraiche.

Russel Core, écrivain vieillissant, amoureux de la nature, spécialiste des loups, débarque dans l’hiver du monde, l’Alaska.

Dans ce monde de neige et de glace, il est venu sans trop savoir pourquoi. Des attaques ont eu lieu. Des enfants ont été pris. Une mère lui a écrit. Medora Slone. Elle veut des réponses. Elle veut du sang. Le sang d’un loup.

Affrontant une région dont on lui dit qu’elle n’est pas sur Terre, Russel va tenter de comprendre ce qu’il est venu chercher dans cet enfer sans flammes.

Aucun homme ni dieu nous emmène aux confins de l’humanité. Construit comme un roman policier, avec une fascination chamanique pour ce monde hors du monde, un homme est confronté à lui-même en se confrontant à une impossible réalité.

L’engourdissement des premiers chapitres laisse peu à peu la place à une douce chaleur, l’excitation. Mais quand survient l’avalanche, insoupçonnable, on ne peut qu’être entrainé par la violence du choc.

Aucun homme ni dieu est une de ces lectures qui ne laissent pas indifférent. Grâce à une écriture précise et savamment dosée, on ressort de ces étendues de givre vivant mais meurtri.

Au cœur de la nature la plus âpre qui soit, seul le sauvage peut nous permettre de survivre. L’homme n’existe pas. L’homme n’existe plus. Ni dieu. Surtout dieu.


Aucun homme ni dieu, William Giraldi, Edition Autrement, 19€

Valmon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :