Dragon bleu, tigre blanc – Qiu Xialong

Bienvenu honorable lecteur. Cette fois, il est question d’un polar dépaysant, un roman d’ambiance et un récit étonnant.

Un mot sur l’auteur, Qiu Xialong. Originaire se Shanghai, son père est la cible des révolutionnaires et lui-même est interdit d’école. Il soutient néanmoins une thèse sur T.S. Eliot et poursuit  ses recherches aux Etats-Unis Les événements de Tian’anmen le décideront à y rester. Il choisit d’écrire en anglais. Sans être interdit de séjour, il n’en reste pas moins un auteur surveillé et très peu apprécié du Parti. Ses romans sont souvent inspirés de faits s’étant réellement produit. Et dans un pays où l’information est étroitement contrôlée, voire muselée, une telle liberté fait mauvais genre.

Son dernier roman qui vient de paraître en livre de poche est une nouvelle enquête de l’inspecteur Chen, personnage emblématique que l’auteur met en scène régulièrement dans de nombreuses histoires. Après avoir gravi les échelons de la police pour atteindre le titre prestigieux d’Inspecteur Général, Chen se voit soudainement attribuer un nouveau poste. Une subite promotion qui ressemble étrangement à une mise au banc. Très vite les événements s’emballent et Chen se retrouve sous le feu d’un acharnement visant à le neutraliser. Définitivement. Ne pouvant plus se servir des ressources de la police suite à sa mutation, il devra naviguer en eaux troubles pour prévoir les prochaines attaques et s’en sortir. Difficile quand on semble être le seul innocent au milieu des coupables…

Un récit fort à l’ambiance saisissante, tout est fait pour plonger dans ce pays lointain aux mœurs si peu connues. Un esprit communautaire pour des villes tentaculaires. Le vieux communisme cohabite avec le nouveau socialisme et les croyances ancestrales. Et la corruption. Permanente, à tous les niveaux. Car si Qiu Xialong est si peu populaire dans les hautes sphères chinoises, c’est bien à cause cette dénonciation qui transparaît après la lecture de ses livres. Dans Dragon bleu, tigre blanc, il se sert d’événements passés, en 2012, lorsque Bo Xilai un Prince rouge, membre éminent du Parti et destiné à atteindre les plus hautes sphère du pouvoir s’est fait condamner pour des affaires criminelles et financières. La prise de conscience est glaçante. C’est toute la force de ce roman qui dresse un constat dérangeant d’une société empêtrée dans ses propres tentacules.


Dragon bleu, tigre blanc – Qiu Xialong
Editions Points – 7,40€

LeDonCarlo

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :