Les Royaumes de Feu tome 1 La Prophétie – Tui T. Sutherland

couv_royaumes_feu_prophétie_11

Un monde magique peuplé par des tribus de dragons. Trois prétendantes en pleine lutte de pouvoirs. Une guerre sans fin pour un trône vacant. Une prophétie racontant l’avènement de cinq élus pour ramener la paix entre les tribus. Ils sont l’espoir et l’avenir. Ils sont les Dragonnets du Destin.

Tous les ingrédients réunis dans ce livre ne sont destinés qu’à une chose : en faire un ramassis de clichés tous plus éculés les uns que les autres. On a déjà lu ce livre des dizaines, des centaines de fois. Cette histoire fera rugir de plaisir une armée de jeunes lecteurs pré-ados en manque de fantasy animalière, genre à qui l’auteur Tui T. Sutherland a déjà contribué dans La Guerre des Clans sous le nom de plume d’Erin Hunter (nom camouflant un collectif d’auteur).

C’est donc avec un sérieux bagage de préjugés que j’ai entamé la lecture de ce petit roman jeunesse, inoculé par la crainte de la déception face à un énième récit dont on connait la fin avant d’avoir terminé la première page.

Et là, le choc.

A travers le regard de ces cinq jeunes « élus » de la prophétie, on constate la déliquescence d’un monde vraiment pas si fantastique. Séquestrés depuis leur éclosion par des fanatiques de la paix, les dragonnets n’ont qu’une envie : voir le monde, le sauver viendra plus tard. Lorsque, enfin, ils réussissent à fausser compagnie à leurs geôliers, c’est pour découvrir des régions et des peuples ravagés par la guerre. Dans la société draconique, le racisme et le sectarisme sont de mise entre les espèces. Et dans cette guerre, l’apparition des élus n’arrange pas les affaires de tout le monde.

Les cinq dragonnets, venant de cinq espèces différentes mais ayant grandi comme une fratrie, ne comprennent pas les règles d’un monde qui ne veut pas d’eux et souhaite soit les détruire, soit les embrigader.

Pris dans ce maelström idéologique, les dragonnets apprendront très vite à ne compter que sur eux et à ne pas confondre amitié et intérêt.

J’ai refermé ce premier livre avec la furieuse envie de lire le deuxième pour suivre l’aventure de ces dragons si attachants et criants d’innocence dans un univers dans lequel ils n’ont pas appris à vivre.

Conçu comme une pentalogie où chaque ouvrage est un focus sur un des cinq personnages principaux, avec seulement deux tomes parus pour l’instant, Les Royaumes de Feu ne sera peut-être pas le renouveau de la fantasy jeunesse, mais elle apporte bien plus qu’elle ne promet. En exploitant intelligemment l’utilisation des clichés du genre, elle transporte furieusement loin le lecteur, bien au-delà de sa base scénaristique. Seule fausse mais compréhensible note, quelques scènes un peu cul-cul, ce récit étant tout de même à destination d’un lectorat plutôt collégien.

Un court plaisir de lecture. Une rafraichissante découverte dans le paysage de la littérature de l’imaginaire jeunesse.


Les Royaumes de Feu tome 1 La Prophétie, Tui T. Sutherland, Gallimard Jeunesse, 16,00€.

Valmon

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :