De Cape & de Mots – Flore Vesco

9782278059522-T

Et tandis que vous lisez Les Petits Dieux de Côme, vous vous demandiez certainement : « Mais que vais-je lire après ? » Et à ceci je répondrais, un roman jeunesse, des plus excellents : bons moments garantis.

Si vous vous êtes toujours demandé comment fonctionnait l’aristocratie – et même si ce n’est pas le cas – vous allez pouvoir découvrir de façon humoristique la face cachée des aristocrates de l’époque. Toujours est-il que ce roman nous situe à l’époque des grandes cours des rois et des reines, de leurs dames de compagnies, de leurs bouffons et moultes autres métiers que ni vous ni moi n’aurions souhaités faire.

On y découvre une jeune fille qui répond au doux nom de Serine, sœur aînée d’une grande fratrie de petits frères tous plus turbulents les uns que les autres. Le père de Serine était un comte, une famille réputée ayant un certain prestige. Tout allait pour le mieux jusqu’à ce que son père tombe malade et décède. Dès lors, sa mère, pour subvenir aux besoins de sa famille, décide de marier Serine à un bon parti. C’était une époque où les jeunes filles n’avaient pas leur mot à dire et où les mariages ne se faisaient pas par amour mais par intérêt. L’histoire aurait été bien lassante si c’était arrivé, mais Serine ne l’entendait pas de cette façon – ça non ! – qu’on se le dise, avec son franc parler et sa joie de vivre, la jeune fille ne pouvait se résoudre à une fin si tragique.

Elle décida donc de fuguer pour devenir une dame de compagnie à la cour du roi. Au palais, les demoiselles de compagnie se succèdent, aucune d’elles n’est capable de satisfaire les caprices d’une reine tyrannique. Au gré d’événements malencontreux, Serine va se retrouver dame de compagnie bien avant qu’elle ne comprenne ce que le métier implique réellement. C’est de cette situation délicate que Serine va découvrir le vrai visage des personnes qui dirigent ce pays et qui ne pensent qu’à s’amuser et s’attirer les bienveillances de ces bon souverains.

Qu’à cela ne tienne, Serine entend bien y mettre de l’ordre. La jeune fille va semer la zizanie au sein de la cour sans se douter qu’elle y risquera sa vie.

Découvertes, complots et humour seront les maîtres mots de ce roman. Flore Vesco nous livre là un premier roman savamment écrit d’une main de maître. Le langage de cette époque y est brillamment mis en oeuvre et nous plonge littéralement dans l’histoire. Ce qui m’a le plus marqué est sans doute le trait d’humour de ce personnage si attachant, elle a su intelligemment créer des scènes parfois loufoques mais à hurler de rire. En somme, je suis presque déçu que l’histoire soit si courte (bien qu’elle fasse tout de même 180 pages) j’aurais énormément apprécié que l’histoire continue, et c’est avec un petit pincement au cœur que j’ai tourné la dernière page. J’attendrais donc avec impatience son prochain roman, qui je n’en doute pas sera à la hauteur de celui-ci.


De Cape & de Mots, Flore Vesco, Didier Jeunesse, 14,20€

Rémi

Publicités
1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :