L’attrape-coeurs – J.D Salinger

Attrape-coeur

Roman emblématique du XXème siècle, longtemps censuré aux Etats-Unis en raison de son langage et des thèmes abordés, L’attrape-cœurs est un de ces livres maudits qui dérange et fascine à la fois. Héritier de Mark Twain et Francis Scott Fitzgerald, J.D Salinger s’est imposé avec ce roman dès 1951 comme la voix d’une adolescence silencieuse, prisonnière d’une société écrasante où le travail est la valeur suprême et qui ne laisse plus de place à l’individu lui-même.

L’attrape-cœurs, c’est l’histoire d’un adolescent issu de la petite bourgeoisie, fraîchement renvoyé de son lycée, Holden Caufield, et de son errance de trois jours dans les rues de New-York. Pour Holden, hors de question de rentrer avant que ses parents aient appris la nouvelle par courrier. Il réserve donc une chambre dans un hôtel sordide, l’Edmont Hotel, qui lui servira de point de chute au cours de son séjour d’ivresse et de débauche. L’alcoolisme, la misère et la prostitution sont d’ailleurs quelques-uns des thèmes traités qui ont valu au roman les foudres de la société bien pensante américaine de l’époque.

Holden est un adolescent perdu, écrasé par le poids des attentes de ses parents et détestable à plus d’un titre. Personnage à tendance mythomane, imbu de lui-même, il pose un regard critique sur le monde, déformé par une vision nombriliste qui le ramène au centre de tout. Il n’en demeure pas moins fragile et dévoile petit à petit une volonté farouche de ne jamais quitter l’enfance, à l’image de son jeune frère Allie, mort à dix ans d’une leucémie qui a eu « la chance » de rester à l’écart du monde des adultes. Le lycée et la transition symbolique qu’il représente expliquent par ailleurs les résultats désastreux d’Holden et sa mise à l’écart.

Dès la première nuit passée à Manhattan, il devient évident que la rébellion d’Holden est vouée à l’échec. Sa rencontre avec Sunny, une prostituée qu’il paie dans l’espoir de goûter les plaisirs de la chair, tourne au vinaigre lorsqu’il comprend n’avoir aucun désir pour elle. A l’image de cet événement contrarié, Holden multiplie les échecs tout au long du roman et jamais le monde des adultes ne s’offre à lui sans un revers. Il rejette la société de réussite qu’il oppose à l’innocence d’Allie et Phoebe (sa jeune sœur), la jugeant hypocrite et superficielle tandis que lui-même est à la recherche d’un modèle d’intégrité qui lui permettrait d’accepter de devenir adulte. La rébellion d’Holden ne prend pas, le personnage étant peu à peu rejeté par une société qui aura de toutes manières raison de lui.

L’écriture à la première personne de Salinger exploite un langage oral qui n’hésite jamais à basculer dans un registre vulgaire. Il parvient ainsi à sublimer le caractère de son narrateur, Holden, qui devient l’archétype de l’adolescent américain du début des années 50. Salinger parvient ainsi à donner une voix à une génération qui s’est vu refuser tout libre arbitre, encore dominé par la précédente. Mieux encore, il réussit à construire un personnage universel, dont les interrogations et le rejet du monde font écho à l’expérience de nombreux adolescents aujourd’hui encore.

Monument de la littérature américaine, L’attrape-cœurs aborde les questions de l’adolescence sous l’angle du syndrome de Peter Pan. Roman d’une dureté surprenante, qui n’hésite pas à annoncer la défaite programmée de l’adolescence rebelle contre la société, il prend assurément aux tripes. Holden est un personnage insupportable et magnifique, un destin contrarié par l’injustice qui justement n’en devient que plus humain. C’est en le plaçant face à ses échecs que Salinger permet une prise de conscience, en annonçant la défaite de l’individu et de son originalité qu’il amène le lecteur à relever son défi de rébellion. L’attrape-cœurs est un de ces romans qui suscite la frustration et questionne la construction de chacun à la recherche de cet instant où justement, le conformisme nous a quelque peu étranglé, réveillant dès lors des envies de rébellion que l’on pensait oublier…


L’attrape-cœurs, J.D SalingerPocket, 5,80 €

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :