Le livre des étoiles – Érik L’Homme

livretoiles

Guillemot (Il y a des gens qui on vraiment des noms difficile à porter…) est un jeune garçon qui vit au pays d’Ys, île légendaire qui existe entre deux mondes : le monde Certain, le nôtre, et le monde Incertain, terre fantastique. Rapidement, il se trouvera des affinités extraordinaires avec la magie et se verra pris en apprentissage par un maître sorcier, tout en continuant sa vie d’adolescent auprès de ses amis.

Lors de mes folles années de jeunesse, lorsque je n’étais pas sur les bancs de l’école ou en train d’essayer de voir jusqu’où pouvait descendre ma myopie en me tenant à 2 cm d’un écran, je lisais à peu près tout ce qui était à porté de mes bras (et ayant toujours été très grand, mes parents ont dû se décarcasser pour planquer leurs albums érotiques et autres folies soixante-huitardes). Après avoir vécu la grande aventure avec le plus cambrioleur des hobbites ou appris le latin entre les pages d’Harry Potter, mes petits doigts boudinés se sont retrouvés collés aux douces pages de la trilogie du Livre des étoiles.

Et avec son mélange de mythologie nordique et bretonne agrémenté d’une bonne dose de fantasy basique, ces livres m’ont plus immédiatement. Mais cet été, alors que je découvrais de nouvelles cultures sous des latitudes inconnues et que le besoin de m’occuper durant les longues heures d’avion avec les genoux collés au menton, je me suis dit que retrouver un de mes amours de jeunesse ne pouvait que me faire du bien.

Malheur de malheur, que ne fus-je pris d’une inspiration divine m’évitant la remise en question de mes goûts troublant de jeune adolescent… Mais non, et en plus, masochiste que je suis, je me suis enfilé les trois en deux jours.

On en revient souvent à ça, mais Érik L’Homme arrive quand même à atteindre un certain paroxysme dans la démonstration d’inutilité de ses héros. En plus d’être stupides, leurs actions, tel le bien utile “Olala, et si on rentrait dans le forêt interdite où les méchants adultes pas gentils nous ont INTERDIT d’aller ? Oh oui ! On va bien s’amuser avec ces araignées anthropophages et autres joyeusetés ! ”, n’ont aucun impact sur le récit. À tel point qu’en retirant les passages superflus de cet acabit, les mille pages de la trilogie aurait pu tenir dans 400 à peine.

Le héros n’a pour seul trait héroïque que d’être l’élu de la force magique de la mort trop forte, ce qui est drôle pendant vingt pages, mais est lassant rapidement. Le méchant n’a aucune profondeur tout comme la plupart des personnages et seule une romance homosexuel caché entre les lignes vient égayer un peu ce récit morne de bout en bout.

Alors si un jour, vous voulez lire un bon livre jeunesse de fantasy bien foutu, ne vous approchez pas de celui-ci.


Le Livre des étoiles, Érik L’homme, Gallimard Jeunesse, Folio Junior, T1 et T2 : 7.20€, T3 : 8.20€

Côme

Publicités
1 commentaire
  1. Renard a dit:

    Ahahah ! Je vais le relire juste pour la « romance homosexuel caché entre les lignes ».

    J'aime

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :