Là où vont nos pères – Shaun Tan

9782205059700-couv-i400x523

Cette chronique contient beaucoup trop de mots pour un ouvrage qui n’en a pas un seul, mais, que voulez-vous, je ne sais pas dessiner… C’est un des avantages de la bande dessinée que de pouvoir s’appuyer sur son dessin pour nous parler autrement que par des phrases. Là où vont nos pères de Shaun Tan est certes une bande dessinée muette mais cela ne l’empêche pas de nous raconter une histoire de façon si magistrale.

Cela commence à l’intérieur de la couverture où des visages de toutes tribus, langues, peuples et nations (comme dirait la Bible) vous regardent ; une diversité incroyable et belle. Avant même que l’histoire ne commence, vous voici marqués par ces regards, en voyage sur tous les continents, avec tous les âges et toutes les couleurs de peau. Et vous n’êtes pas au bout de vos surprises. A ces visages succèdent des vignettes qui vont vous présenter le protagoniste principal, un jeune père de famille entouré des siens. Sa femme et sa fille l’accompagnent sur le quai de la gare pour son départ vers l’inconnu. Notre homme fuit une ville où rode l’ombre de l’oppression. Après un voyage peu confortable et une étude rigoureuse de sa situation par une administration sans visage et dont le langage nous reste très hermétique (on se croirait de retour à Ellis Island) arrive la rencontre avec son nouveau pays. Ici, rien, absolument rien, ne lui (ne nous) est familier, tout est étrange : les animaux, les moyens de transport, les symboles, les outils, les logements… On se pose mille questions devant le fourmillement de toutes sortes de choses insolites. Par la suite, à travers les épreuves et les rencontres, notre personnage va néanmoins s’approprier cet univers mirifique.

Un trait marquant de cet album c’est l’étrangeté de l’étranger… De cette culture, dans laquelle nous débarquons, nous ne savons rien, tout est à découvrir. C’est à la fois déconcertant, angoissant et attirant. Shaun Tan nous offre un univers onirique, magnifique, grandiose. On le croirait tout droit sorti d’un conte et on se laisse avec plaisir reconduire vers l’émerveillement de l’enfance. C’est un très bel éloge de la rencontre de l’autre, une invitation à découvrir la grande richesse de la diversité culturelle, soulignée à la fin par les mêmes visages qui ont ouvert l’album. L’absence de dialogue se vit comme une invitation à fouiller partout avec le regard et comme on ne connait pas la langue, autant utiliser d’autres moyens pour se rencontrer.

J’avoue être encore émerveillé à la relecture de cette histoire. Pour le dessin Shaun Tan utilise une seule couleur (sépia) déclinée sur plusieurs tons, un trait assez réaliste et un découpage simple mais très maîtrisé. Cela m’évoque les anciennes photos jaunies qui dorment dans le grenier de mes grands-parents. Tout le travail accompli autour de la lumière est remarquable. Une atmosphère très intime se dégage de ces pages et on a l’impression d’écouter le récit d’un de nos ancêtres. Il faut dire que Shaun Tan s’inspire, entre autres, de l’histoire de son père, lui-même migrant.

Comme vous l’avez compris si ce livre parle bien d’immigration il se concentre avant tout sur la rencontre de l’étranger et relate une histoire somme toute plutôt heureuse et riche. Les difficultés, les épreuves existent et sont présentes dans l’album (elles apparaissent surtout dans les souvenirs du passé des personnages), mais ce n’est pas, à mon avis, le sujet principal. D’autres ouvrages traitent (admirablement) de ces situations-là. Shaun Tan se plaît ici à nous parler de l’histoire d’une rencontre entre un homme et l’inconnu, d’où germe l’espérance et la beauté. C’est une histoire douce-amère, où la douceur finit par l’emporter.

Cet ouvrage peut se lire rapidement mais je trouve dommage de le refermer avant d’avoir passé un bon bout de temps à voyager au cœur de ces pages en scrutant les détails que Shaun Tan s’est plu à nous offrir. Alors bon voyage !

Baptiste

Là où vont nos pères, Shaun Tan, Dargaud, 16.45€

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :