archive

Archives Mensuelles: septembre 2015

Dans le milieu de la série populaire et du roman de SFFF (entendez par-là Science Fiction Fantasy Fantastique) il y a bien un sujet qui anime les foules : le zombie. Des zombies terrifiés et terrifiants créés par Herbert West dans la nouvelle éponyme de Lovecraft à ceux de Walking Dead (tant la série que le comics de Kirkman et Moore) en passant par ceux de Romero (La nuit des morts-vivants, Diary of The Dead, Zombie, Le jour des morts-vivants) ; cette créature a fait fantasmer auteurs et artistes en tous genres depuis des générations au point de voir apparaître un peu partout des Zombies Walk. Autant vous dire que le sujet a été maintes fois traité au fil du temps et qu’il est très difficile, non seulement de faire des choses intéressantes, mais de le faire avec panache.

Certains traitent le sujet à travers un style narratif qui apporte un vent de fraîcheur, comme Mira Grant avec sa trilogie Feed – dont je parlerai peut-être quand j’en aurais terminé la lecture – et d’autres renouvellent le traitement du genre en s’attaquant aux thématiques rattachées aux zombies d’une manière tout à fait … passionnante. C’est à cette catégorie que je rattache personnellement Celle qui a tous les dons, de M.R. Carey, paru aux éditions de l’Atalante en octobre de l’année dernière.

Read More

Publicités

Meme pas mort

Un homme, un roi, peut être un dieu nous raconte son histoire : comment la mort l’a trouvé, mais n’a pas voulu de lui…

Jean-Philippe Jaworsky est un auteur français qui, pour notre plaisir, peut s’enorgueillir d’avoir une plume splendide et un réel talent pour créer des univers. Des livres comme Januara Vera ou Gagner la guerre démontrent toute l’ampleur de sa maîtrise dans le genre littéraire qu’est le fantastique.

Et Même pas mort commence de telles manières qu’il n’ y a pas l’ombre d’un doute quant au fait qu’on aborde un très bon roman. Au début, le personnage principal, qui dit avoir deux cents ans, commence à raconter son histoire à un marchand étranger. Il ne commence non pas par son enfance mais par un point important de son parcours, le moment où il semble avoir appris pourquoi, malgré plusieurs blessures mortelles, il n’est pas mort.

Read More

bride-stories-manga-volume-1-simple-45658 (1)

Il s’en est fallu de peu que je passe à côté de cette merveilleuse série, de peu oui car j’avais beau l’avoir dans mon rayon je n’avais jamais pris le temps d’y jeter un œil. Fort heureusement, le mois d’août et son absence de clientèle forcée m’ont permis de me lancer dans sa découverte. Ma réaction fut telle que j’ai décidé d’embarquer les deux tomes suivants et de commander le reste, si si je vous assure.

Mais venons-en au manga en lui même, Bride Stories, que l’on traduit par Histoire de jeune mariée est un seinen écrit sous forme d’histoire d’amour historique. Historique oui, car l’histoire se passe au XIX siècle dans un petit village de l’Asie Centrale au sud-est de la mer d’Aral sur la route de la soie. C’est sous couvert du mariage de Karluk (12 ans) fils d’une grande famille d’un village et d’Amir (20 ans) fille d’une grande famille également mais d’un autre village, que l’auteur nous décrit la vie du peuple Mongols, par ses habitudes, ses coutumes et ses traditions mais aussi ses travaux et sa survie dans les grandes steppes. Parfois nomade, parfois casanier, ce peuple, à un certain moment, s’est divisé pour diverses raisons brièvement abordées ici. Bien que leurs âges soient très différents, on découvre que Karluk est très avancé pour son âge et que la différence d’âge ne dérange ni l’un ni l’autre, car si leur mariage a été arrangé par leurs pères respectifs pour créer des alliances, tisser des liens et faire des profits, il n’en reste pas moins que nos deux personnages vont apprendre à s’aimer éperdument ( j’aime l’amour ! ).

Read More

tungstene

Au cœur de cette rentrée, deux BD m’ont particulièrement marqué. Comme une des deux parle encore de maladie et que ma dernière chronique sur le sujet n’est pas si vieille que ça (Monsters de Ken Dahl, sur l’herpès) je vais vous parler de la deuxième (je vous réserve donc la maladie de Crohn pour une prochaine fois). Ce sera donc une BD un peu plus détente… Quoique très tendue : Tungstène de Marcello Quintanilha aux éditions Ça et là (qui viennent de fêter leurs 10 ans d’existence pour notre plus grand plaisir).

Pour commencer, replongez-vous dans l’esprit des vacances et imaginez Salvador de Bahia au Brésil ; le soleil, la chaleur, la mer bleue, le sable fin… Ça y est vous y êtes ? Vous profitez de ce petit avant-gout du paradis ? Maintenant incrustez-y un jeune dealer, un vieux militaire aigri à la retraite, une femme maltraitée par son mari, un flic hyperactif (époux de la femme susnommée) et vous voilà bien loin de vos vacances de rêves. Il ne manque plus qu’un élément déclencheur et l’action va pouvoir se mettre en branle sans jamais s’arrêter. Pour ça, quoi de mieux que deux jeunes inconscients avec une barque, des rames, des bâtons de dynamite et des envies de pêche un peu curieuse… Attention ça va faire boum !

Read More

111270_couverture_Hres_0

 

Rose arrive à Paris en 1909 avec des rêves pleins la tête, persuadée de pouvoir conquérir le monde grâce à ce qu’elle en a lu dans ses livres. Elle est née au Danemark d’une mère séductrice et froide et d’un père militaire philosophe contrarié. Elle a déjà vécu milles vies quand on entre dans la sienne entre l’Europe et l’Afrique ou son père a fuit sa mégère. Pourtant cette jeune fille, privilégiée, est surtout naïve et innocente de presque tout ce qui fait le monde de son temps.

Un peu par hasard elle trouve une place pour faire le ménage dans un cabaret des bas fond de la ville avant de rencontrer un jeune professeur qui lui lit de la poésie. De mésaventures en coups du sort, Rose finit dans la misère avant d’être recueilli par une femme avec qui elle vivra longtemps et découvrira cette fois les artistes et la vie de bohème des années folles.

Read More

Je vais être honnête, j’aime R.J.Ellory d’un amour inconditionnel. Voilà, c’est dit, passons à autre chose.

Il y a quelques mois, je vous parlais de son précédent roman, Les Neuf Cercles. Et il est vrai que je le présentais comme son meilleur. Bon, ben, je m’étais trompée. Je n’avais pas encore lu Les Assassins. Ellory, c’est ce genre d’auteur qu’on lit, qu’on adore, on se dit que c’est le meilleur roman qu’il ait jamais écrit et puis on lit le nouveau et on est encore plus impressionné. C’est (presque) énervant. Les Assassins, franchement, c’est une grosse baffe dans la gueule. (Oui Monsieur, je parle comme je veux !)

Ellory aime écrire sur les grands mythes et les grandes institutions américaines. Ici, il s’attaque au mythe du serial killer. On est à New York, et un homme s’amuse à reproduire les meurtres des plus grands serials killers que l’Amérique ait connu.  L’inspecteur Irving s’occupe de l’enquête, aidé par John Costello, survivant justement d’un de ces meurtriers. L’intrigue c’est ça, et ce n’est pas la peine de vous en dire plus.

Ellory, il n’a jamais un pitch de fou au départ. Souvent le schéma classique : un meurtre, une enquête. Ici, c’est exactement ça. Sauf que notre enquêteur, il galère pas mal. Parce qu’il a affaire à un professionnel qui ne laisse aucune trace derrière lui, un psychopathe qui s’amuse à le faire tourner en bourrique.

Read More

couv rivire

Un champ de bataille, des soldats, des armes, des tirs, des balles qui fusent de tous les côtés et un cheval au milieu des deux camps. Le début d’un fabuleux roman aux allures de western des temps modernes.

Si Russel n’avait pas sauvé ce cheval sur le champ de bataille, sa vie aurait sous doute été bien différente. Devenu un héros aux yeux de l’Amérique après que des caméras aient filmé son exploit, il se passa peu de temps avant que le capitaine Wynne ne le remarque. Ce dernier cherche un homme capable de dresser des chevaux pour une mission bien précise, et cet homme il vient de le trouver. Russel n’a rien d’un grand soldat, mais cette enfance passée chez ses grands parents à s’occuper des chevaux vient de lui valoir un aller-simple dans le petit groupe d’intervention du capitaine Wynne. Il n’a pourtant aucune idée de la raison pour laquelle on l’a amené ici et les soldats semblent éluder ses questions si bien que l’opération semble mystérieuse. Mais s’occuper des chevaux lui rappelle des tas de choses et pour le moment il se sent bien mieux ici que n’importe où ailleurs. Il est pourtant embarqué dans une aventure qui risque de le changer à jamais.

Read More