archive

Archives Mensuelles: octobre 2015

holmes10

Holmes est mort en combattant Moriarty aux chutes de Reichenbach. Enfin, c’est ce que tout le monde croit. Watson va mener l’enquête pour démêler le vrai du faux et revenir aux bases de l’histoire du plus grand des détectives.

La première chose que l’on voit d’un livre, c’est sa couverture. Et c’est souvent grâce à elle que l’on décide de le retourner pour lire le résumé. Et pour le coup, Cecil nous offre certaines des plus belles et intrigantes couvertures que je n’ai jamais vues. Belle pour la maestria qui en ressort et intrigante de par sa composition assez hors normes.

Read More

Publicités

variante chilienne copie

 

Il y a des histoires qu’on rencontre un peu par hasard. Sans trop savoir comment un livre vous arrive dans les mains et sans trop savoir pourquoi, on se lance. Dans mon cas, je me suis jetée dans La variante chilienne de Pierre Raufast, un peu par hasard, sur la terrasse d’un café. Je dois bien l’avouer, j’ai passé un très bon moment en la compagnie de ces histoires. On découvre pages après pages l’histoire de Florin, un homme qui ramasse des cailloux pour fixer ses souvenirs. Florin, qui a l’air de vivre un peu en ermite dans le fond de la vallée dans laquelle sont venus se réfugier Margaux, jeune fille éprise de poésie et Pascal, professeur de philo et narrateur/rapporteur des contes de Florin. Les deux vacanciers vont se retrouver pour écouter Florin déballer ses cailloux.

Read More

 

L’auteur Anonyme nous revient cet automne avec un nouveau petit bijou ! Mais avant de vous en parler, laissez moi donc vous introduire au personnage. Comme son nom l’indique, Anonyme est anonyme. (Merci, c’était tout pour moi ce soir !). On ne sait pas qui il est et je pense qu’on ne le saura jamais. J’ai essayé de faire parler mes relations chez Sonatine, ils n’ont rien voulu me dire. A part que c’est un jeune britannique. Pendant longtemps, on a soupçonné Quentin Tarantino de se cacher derrière cette identité : on sait maintenant que ce n’est pas lui. Mais c’est vrai que pour résumer ce que fait Anonyme, il est judicieux de dire que c’est comme si Tarantino avait écrit un roman. Enfin, plusieurs. Parce que ça a commencé en 2010 avec Le Livre Sans Nom, véritable ras de marée que personne n’a vu venir. Une histoire de Bourbon Kid, qui tue tout le monde lorsqu’il boit un verre de bourbon, mélangée à des vampires et à des moines ninjas. Ça, c’est la version courte. Beaucoup de sang, de membres qui tombent et de blagues graveleuses. Une recette qui fait mouche et qui emballe tout le monde. Le Livre Sans Nom se transformera en tétralogie au succès indéniable. Puis, en 2013 sort Psychokiller. On quitte l’univers du Bourbon Kid pour rejoindre celui de l’Iroquois, tueur sanguinaire qui se balade avec un masque de tête de mort, une crête et un blouson de cuir rouge. Toujours bourré d’humour, c’est aussi un gros clin d’œil aux slasher movies de la fin des années 90′. Alors pour moi, qui aime le sang et les films d’horreur, autant dire que je suis tout à fait le public visé.

Read More

tony chu

Qui n’a jamais rêvé de pouvoir goûter un aliment et d’en découvrir toute son histoire, de la graine dans la terre jusque dans votre assiette ? Non ? Parce que moi j’aurais bien aim…. Nan je plaisante, voyons. Qui voudrait se rendre compte que votre pomme a été ramassée par un cueilleur peu coutumier de l’hygiène, qu’elle a été transportée par camion, puis par avion et à nouveau par camion, soit environ 72h, si ce n’est plus, avant d’arriver au magasin près de chez vous ?

C’est en tout cas le pouvoir de Tony Chu, un cibopathe. Voilà un terme un peu obscur du latin cibo qui signifie nourriture ou repas et du grec pathe qui signifie sentiment, sensation ou perception. Alors c’est quoi en gros ? Cela signifie que Tony Chu peut prendre une bouchée de poisson et avoir un souvenir des endroits où il a nagé ou quand il a été pêché et ce qu’il a éprouvé quand il a été vidé…

Ou bien il peut mordre un cadavre afin de revivre son passé, découvrir ce qu’il lui est arrivé et qui l’a tué. Curieusement, le seul aliment qui ne lui fait pas cet effet là est la betterave, raison pour laquelle il ne mange que ça. Flic à Philadelphie, Tony vit dans un monde où l’état a instauré la prohibition du poulet suite à une grippe aviaire ayant tué plus de 23 millions d’américains et 116 millions d’êtres humains à travers le monde. Alors qu’il est en mission, accompagné de son ami et coéquipier John Colby, à la poursuite d’un criminel trafiquant de poulet dans un petit restaurant, rien ne se déroule comme prévu. John est grièvement blessé et Tony est surpris par un autre policier en train de dévorer le corps d’un tueur en série qui se cachait dans la cuisine.

Read More

album-cover-large-21794

La BD d’aujourd’hui nous vient des Etats-Unis d’Amérique. Il s’agit donc d’un comics et pour être dans les clichés du genre il s’agit d’un comics de super héros ! Mais attention ce n’est ni Superman, ni Batman, ni Aquaman, ni Green Lantern, ni Green Arrow, ni Flash, ni Wonderwoman… enfin bref vous l’aurez compris notre héros n’est pas un de nos habituels porteurs de slips moulants ! Et pourtant, son combat est universel, peut-être l’avez-vous-même déjà rencontré ? Laissez-moi donc vous parler des aventures d’Ultra-chômeur parues chez Presque lune.

Lorsque la nuit tombe Bruce Pain descend dans sa positiv-cave et enfile son costume pour devenir : Ultimatum. Super-héros du positivisme à l’américaine, il parcourt les banlieues pauvres tentant d’insuffler chez leurs habitants le désir de réussir. Car c’est bien connu : « la pauvreté est un nouveau symptôme d’une mauvaise hygiène mentale » et puisque « tout est possible en Amérique pourquoi donc avoir choisi d’échouer » ! Jusqu’au jour où, mis en face d’une situation dramatique, il décide de critiquer le système. Il est alors licencié sur le champ. Après avoir erré inutilement à la recherche d’un nouvel emploi, le voilà qui revient comme Ultra-chômeur. Avec à ses côté Plan B, Wonder Mother, Fellowman, Master Degrees et bien d’autres il va lutter contre les supers vilains : Stern Bear, les Mousquetaires du libre échanges, les Lemur Brothers  et surtout la Main Invisible et son dangereux représentant : le Pouce. De terribles aventures attendent nos Super-héros, qui découvriront bien vite que pour le profit tous les coups sont permis…

Read More

315

Vu que dans mon article sur Même pas mort, je vous parlais de Gagner la guerre et de Janua Vera du même auteur, nous allons les voir aujourd’hui.

Benvenuto Gesufal, assassin de la guilde des Chuchoteurs, reçoit une mission un peu particulière. On lui demande de tuer un homme qui se cache sous un masque. Malheureusement pour lui, l’assassinat va mal tourner et les conséquences vont bouleverser sa vie.

Ce résumé concerne la nouvelle de notre héros dans Janua Vera qui sert d’introduction à Gagner la guerre.

Janua Vera est un recueil de nouvelles qui décrit un monde fantastique très poche du début de la Renaissance européenne. Certaines sont drôles, d’autres fonctionnent comme des contes. Tout un panel qui nous montre la richesse de l’écriture de Jaworski.

Read More

Moloch

Sur Vingt-et-un-livres, on parle beaucoup de polar, mais majoritairement de polar anglophone. Parlons aujourd’hui d’un des plus grands auteurs de romans policiers français (qui avait déjà été mis à l’honneur sur le blog avec l’article de Quentin sur l’excellent Mygale), j’ai nommé Thierry Jonquet.

Et plus précisément son roman Moloch.

Jonquet place presque systématiquement ses intrigues en France (le plus souvent à Paris), et de façon très précise, quiconque a déjà visité les lieux dont il est question dans ses œuvres s’y croirait. Tout commence ici à proximité de la Porte de la Chapelle, où trois enfants sont retrouvés carbonisés dans une maison délabrée. L’enquête débute aussitôt.

Une nouvelle fois, Jonquet fait la démonstration de son talent de narrateur, nouant les intrigues à priori sans aucun lien pour mieux les réunir au moment opportun et surprendre son lecteur. Du groupe d’enquêteurs aux entretiens d’un psychologue avec un client obnubilé par le sang, en passant par le cas étrange d’une petite fille hospitalisée dont on peine à définir le mal, l’auteur dresse une multitude de portraits intrigants ou fascinants, parmi lesquels Charlie, jeune homme simplet mais malin, parfois cruel mais le plus souvent terriblement attachant, sans aucun doute le personnage le plus touchant et le plus crédible du roman.

Read More