L’amour sans peine – François Ayroles

tumblr_npqh9ps4mh1rjr6cso1_1280

Si on se vante sur Vingt et un livres de vous emmener explorer les vastes contrées de la littérature, il est un genre que l’on n’a pas encore traité… Le manuel ! Souvent peu glamour, vendu par obligation à des clients obligés de l’acheter, il est pour nous libraires, le Golgotha de notre rentrée (incontournable pour notre salut, mais rempli de souffrances…). Heureusement, François Ayroles a décidé d’alléger la rentrée de tout le monde en publiant, chez L’Association, le manuel de L’amour sans peine.

Avouez-le, la formule fait rêver ! Qui n’a jamais souhaité trouver réuni en un seul ouvrage les réponses à toutes les questions que posent ce sentiment ? Et bien ne cherchez plus, c’est maintenant choses faite, enfin presque, car si ce manuel vous amène bien des réponses, il ne vous laissera pas sans quelques questions.

De tous âges et de tous horizons les protagonistes de cette bande dessinée vont se livrer à la décortication méticuleuse de leur situation amoureuse. Car non seulement l’amour se vit, mais ici, il va surtout se dire. Que ce soit pour ces deux culturistes à la recherche d’une méthode pour retrouver le trésor de l’amour, ou bien ces élèves étudiants avec leur professeur ou encore ces jeunes inquiets vis-à-vis de ce fléau qu’est l’amour, pour eux tous, le ressenti va s’exprimer à travers le dialogue et l’analyse. Plus rien n’est tu, tout est dit et méticuleusement pesé, passé au crible de la raison. D’ailleurs, François Ayroles n’a pas donné à ses personnages des physiques de jeunes premiers.

Bien au contraire, loin des canons de la beauté actuels, affublés de lunettes disgracieuses, de coiffures incongrues ou bien d’un physique ingrat, les protagonistes ne semblent avoir d’autres moyens d’approcher le sentiment que par le verbe et l’étude. Mais loin d’être une faiblesse, c’est ce qui fait toute leur richesse et leur permet de côtoyer l’amour sans peine (joli pied de nez à notre société qui mise tant sur le physique).

François Ayroles, qui a travaillé avec les exigences de l’OUBAPO dans une affaire de caractère, nous livre ici une succession de situations dont la technicité des dialogues nous fait frôler les limites de l’absurde et donc beaucoup rire. Toutes les histoires, même celles qui finissent mal, ne manqueront pas de vous arracher un sourire voir un éclat de rire. Le découpage participe à la bonne humeur présente dans cette BD. On prend beaucoup de plaisir à découvrir ces personnages qui apparaissent pour une courte saynète, puis à les retrouver quelques pages, et donc quelques instants plus loin afin de continuer leur histoire. Certaines situations ne manqueront pas de trouver, j’en suis sûr, un écho au fond de vous et vous donneront peut-être enfin les mots pour en parler.

Une petite idée cadeau pour conclure, si comme moi vous avez quelques mariages d’ami(e)s qui se préparent, gardez cette BD sous le coude elle devra absolument faire partie du trousseau des jeunes mariés !


L’amour sans peine, François Ayroles, L’Association, 19 €

Baptiste

Publicités
1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :