La cache – Christophe Boltanski

boltanski

La rentrée littéraire est toujours l’occasion de découvrir des auteurs qu’on attendait pas. Christophe Boltanski est journaliste, en ce moment à l’Obs’ et écrit d’habitude pour rapporter de l’actualité. Avec ce premier roman, il change de casquette et nous invite à entrer pas à pas dans l’antre des légendes familiales.

L’auteur écrit mais il est surtout, en tout cas pour ce texte, le fils de Luc, éminent sociologue et neveux de Christian, figure de l’art contemporain mondial pour ne citer qu’eux, héritier d’un nom qui pourrait être lourd à porter, d’une histoire familiale peut être un peu écrasante. Pourtant Christophe B. nous raconte cette histoire avec beaucoup de délicatesse et de pudeur. Il nous parle, comme on raconte des anecdotes à la fin d’un repas ou autour d’un verre. Confidences précieuses qui lèvent un voile de silence qui recouvre les histoires de beaucoup de familles françaises. On passe dans cette histoire à travers les pièces de l’appartement de la rue de Grenelle, foyer familial et antre inviolable.

L’auteur révèle le passé depuis les pièces les plus extérieures jusqu’au cœur presque charnel de ce lieu. On découvre au cours de l’histoire des objets, des gens, des histoires, des relations fusionnelles autant que pudiques autour de la mère qui ne se séparait de personne. Après des premières pièces tournées vers l’extérieure qui servent d’appui pour nous parler des relations de la famille avec le monde extérieur, toujours hostile et menaçant, on avance vers les profondeurs de l’appartement pour atteindre la cache. Réduit aménagé à coté de la chambre pour cacher le grand-père pendant l’Occupation, elle est tout à la fois réduit sombre et interdit qui fait peur à l’enfant qu’était l’auteur et trace inaltérable d’un passé peuplé de non-dits.

On découvre là une famille de paradoxe, juive et catholique, communiste et aristocrate, tout à la fois hyper sensible et scientifique. La famille Boltanski est comme un corps, tous ses membres parties d’un tout, personnage à part entière qui se dévoile de pièces en pièce. Christophe Boltanski nous livre ici un roman intime et sensible. Il réussi avec finesse à rester pudique tout en donnant un joli sentiment de vérité. Belle découverte.


La cache, Christophe Boltanski, édition Stock, 20 €

Publicités
1 commentaire

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :