Dossier cul – Emmanuelle 1, La leçon d’homme – Emmanuelle Arsan

arsan

 

C’est un fauteuil en rotin qui a marqué plusieurs générations, c’est un film, tout aussi iconique et non moins kitch mais c’est avant tout un roman qui a fait scandale à sa sortie et qui a depuis trouvé son lectorat.

Deux mots, guère plus, sur l’histoire qui n’est que prétexte à des enchaînements de parties de jambes en l’air sans cesse renouvelées. Emmanuelle, jeune mariée, quitte la France pour rejoindre son mari à Bangkok. Elle y rencontre Mario, esthète, qui l’emmène dans un parcours initiatique érotico-philosophique.

Qu’on ne s’y trompe pas, ce texte est bien ici un roman érotique, une narration rythmée par les jeux érotiques et les mises en situations sexuelles et c’est cette histoire qu’on retrouve dans le film de Just Jeakin (sorti en 1974). Pourtant, il serait outrageusement réducteur de s’arrêter à cet unique aspect du roman. Emmanuelle nous emmène dans la recherche d’un Eden fantasmé, un monde d’une liberté presque naïve. Le texte est entrecoupé de pages entières dans lesquelles Mario déroule un commentaire sexualisant des philosophes occidentaux. Si ces passages peuvent sembler incongrus dans un roman érotique, ils arrêtent le récit, et parfois la lecture.

Quand j’ai découvert ce roman, il m’a marqué. D’abord parce qu’il est finalement loin de l’impression clichée et du kitch que m’avait laissée le film et surtout parce qu’il est d’une incroyable sensualité. Si l’on parle bien ici de sexe, on parle aussi de corps, d’une puissance assez marquante. J’ai aimé la langueur qui se dégage des pages, la recherche vaine d’une liberté totale. Le roman a été publié en 1959 d’abord de manière anonyme puis attribué à l’auteure Emmanuelle Arsan comme un texte en grande partie autobiographique. J’y ai retrouvé un écho à ce qu’écrit Anaïs Nin en post-face de Venus Erotica :

« à l’époque où nous écrivions tous des histoires érotiques pour un dollar la page, je m’aperçus que, pendant des siècles, nous n’avions eu qu’un seul modèle pour ce genre littéraire – celui des hommes (…) En les relisant bien des années plus tard, je m’aperçois que ma propre voix n’a pas été complêtement étouffée. Dans de nombreux passages, de façon intuitive, j’ai utilisé le langage d’une femme, décrivant les rapports sexuels comme les vit une femme. »

A un moment où l’écriture du sexe tend souvent à la pornographie crue, clinique, il a été bon de se plonger dans un texte qui donne autant à rêver qu’à prendre le temps de rêver.


Emmanuelle (1) La leçon d’homme, Emmanuelle Arsan, édition Belfond, 18€ ( en format de poche aux éditions de la Musardine, 8,95€)

Marion

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :