Horrostör- Grady Hendrix

Voilà un moment que je n’avais pas pris mon clavier pour vous parler d’un livre intéressant – mais si ! – et pour cause je me suis envolé pour bosser au loin. Il est donc temps de remédier à ce manque.

Il y a quelques temps, est arrivé dans nos librairies un ouvrage étrange de par son aspect. Intrigué par le format, la maquette générale de l’ouvrage et un titre accrocheur, je me jette dessus et l’emmène chez moi pour voir si l’histoire en elle-même vaut le coup d’œil. Et quelle bonne surprise ce fut…

Parlons donc brièvement de l’histoire. Comme son titre l’indique, Horrostörest un roman d’horreur et, pour les petits malins, vous aurez compris que le roman prend place dans un magasin. Mais pas n’importe lequel, un magasin style IKEA, nommé Orsk. De nuit, bien sûr, parce que de l’horreur de jour, ça marche quand même moyennement. Depuis quelques temps, il se passe des trucs bizarres la nuit, alors qu’il ne devrait y avoir personne – si les gardes faisaient correctement leur job avant de partir – les employés retrouvent le matin des substances … bizarres sur des meubles, des objets sont brisés. Le responsable du magasin va donc demander à deux de ses employées de rester la nuit pour régler le problème, puisque les caméras s’éteignent automatiquement entre 2 et 7h du matin.

La nuit avançant, ils découvrent qu’ils ne sont effectivement pas seuls dans l’immense magasin, en fait beaucoup moins seuls que prévu.

Quels sont les points forts de ce roman de Grady Hendrix ?  Les attaques frontales tout d’abord, parce qu’avant d’être un roman d’horreur, c’est un roman critique. Le management à l’américaine, les méthodes des grands magasins pour faire consommer, la torture et l’expérimentation, mais aussi les reality-shows dédiés aux chasseurs de fantômes et autres mythbusters. Tout un tas de sujets franchement joyeux, taclés avec application et intelligence, mais pas trop de subtilités – faut pas déconner quand même.

Le décalage entre les personnages ensuite, notamment entre Amy et son supérieur, aux caractères très différents, ce qui amène des clashs à la limite de la parodie, très drôles. Vous vous doutez bien qu’un roman qui critique avec autant de « subtilité » ne peut qu’avoir un personnage principal cynique ; ce personnage c’est Amy et son opposé c’est Basil, son responsable donc. En apparence en tout cas, il semble vivre pour Orsk, ce qui irrite au plus haut point Amy, qui ne comprend pas comment c’est possible, elle qui ne fait ce job que par défaut.

La maquette de l’ouvrage, principal attrait initial du roman, est utilisée intelligemment tout au long de l’intrigue. Chaque début de chapitre s’ouvre sur une page meuble type catalogue IKEA.

Quid de l’horreur ? Elle est bien amenée, progressivement, à la manière d’anciens films du genre. La formule reprend des mécanismes bien huilés et déforme des mythes hantés pour mieux les utiliser, gardant leur efficacité. rien de très nouveau donc, mais le tout étant bien amené, cela en fait un bon roman de genre.

Mais tout ceci n’est pas sans maladresses. Bien que l’intrigue, et les personnages soient intéressants, la traduction – tout du moins c’est ce que je suppose – fait parfois faux bond, ce n’est en soit pas très dérangeant mais des lecteurs tatillons pourraient ne pas aimer le roman pour cette raison. Les relations entre les personnages gagneraient à être plus développées, tout comme leurs psychologies et leurs passés. Attention, je ne dis pas que ces points sont mal développés, dans l’absolu ils le sont, mais j’aurais apprécié en savoir plus, même si ce n’est pas quelque chose de nécessaire à ce style de roman humoristico-horrifique.

Enfin, le point jesaispassicestbonoupas : la fin. Je ne spoilerai pas mais celle-ci est ouverte et amène à se poser des questions supplémentaires, à avoir des attentes renouvelées auxquelles le roman ne va pas répondre.

Globalement, ce roman est vraiment sympa et plein de bonnes idées, je vous invite à le lire pour une lecture-découverte originale. Bonne lecture et à bientôt !


Horrorstör, Grady Hendrix, Milan, « Milanetdemi », 17€.

Quentin.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :