L’île Louvre – Florent Chavouet

Couv_259381

Depuis plusieurs années la maison d’édition Futuropolis, en partenariat avec le Louvre, propose régulièrement une bande dessinée autour de ce grand musée. De nombreux auteurs se sont déjà prêtés à l’expérience, Bilal, Taniguchi, Prudhomme, Davodeau… avec plus ou moins de réussite d’ailleurs (le Taniguchi fut une déception à la hauteur de mon attente… qui était très grande). Ce n’est jamais évident de travailler sur commande. Mais le dernier de cette collection réussit vraiment l’exercice !

C’est Florent Chavouet qui cette fois-ci est aux commandes de l’île Louvre. Fasciné par le Japon il a publié deux carnets qui racontent ses voyages et a sorti récemment un très bon polar qui vous emmène à la rencontre de vos clichés sur cette partie du globe. Avec le Louvre il n’était pas trop dépaysé, tant les habitants du pays du soleil levant aiment à s’y balader.

Fidèle à son style, pour vous faire découvrir le musée il vous emmène à l’intérieur de cette île exotique, en commençant par ses coulisses. Sa bande dessinée est le fruit condensé en une journée, d’une semaine qu’il a passé à arpenter les couloirs. Trois questions ont habité cette pérégrination : qui vient au musée, pourquoi y vient-on et qu’est-ce qu’y s’y passe ?

Contrairement aux récits qui ont imaginé une histoire romancée, le style « reportage » qu’emploie Chavouet lui permet de bien mettre en valeur le lieu lui-même et les œuvres qui s’y trouvent. On y suit tour à tour un couple de petits vieux qui prend plaisir à commenter chaque œuvre, des touristes pressés de voir les œuvres maitresses, un groupe d’enfants aux réflexions croustillantes ainsi que les guides et les gardiens de ce temple de la beauté avec leurs anecdotes et leur génie de déduction… Pour les plus fainéants Florent ira même jusqu’à synthétiser en un seul dessin les trois choses les plus demandées au Louvre, rien que cette page vaut le détour. Une des difficultés de ce travail est de dessiner avec son style des œuvres qui en sont parfois très éloignée. Florent Chavouet réussit pourtant l’épreuve avec brio et on ne se sent jamais perdu ou tiraillé entre les œuvres représentées et son dessin, c’est un vrai bonheur et même un émerveillement. Son émancipation des cases lui permet de nous emmener dans un très plaisant « voyage de lecture », on se sent partir en exploration dans une jungle recelant mille et un mystères.

Légèreté, histoire et humour (jusque dans ses « techniques » pour éviter de dessiner certaines œuvres) sont donc au rendez-vous pour passer un très bon moment en partant à la découverte de cette île du savoir que l‘on doit forcément quitter avant d’en avoir fait le tour. L’horaire des marées est  implacable là-dessus.

Florent Chavouet, L’île Louvre, Futuropolis, 20 €

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :