Joker – Benjamin Adam

9782923841793

Après l’excellent Lartigues et Prévert paru en 2013, Benjamin Adam revient aux éditions de La Pastèque avec Joker, une aventure trépidante dans le Haut-Mouronnais…

Herb et Jed sont frères, mariés respectivement à Charlène et Darlène. De ces mariages sont nés huit enfants pour Herb et Charlène, sept pour Jed et Darlène. Hawk, lui, est l’héritier de Batimax, l’entreprise qui semble régir la vie économique et sociale de toute la région, mais est aussi le cousin d’Herb et Jed. Tous les dimanches les cousins ont pour habitude de se retrouver dans la maison de Hawk afin de jouer au 8 américain… Mais avec une petite variante. Si celui qui pose un 8 peut toujours, comme le prévoit la règle, échanger son jeu avec celui d’un autre joueur, celui qui pose le Joker peut non seulement échanger son jeu mais également sa vie entière jusqu’au dimanche suivant. Cet arrangement semble convenir à tout le monde jusqu’au jour où l’échange va révéler un secret bien enfoui. Alors ce qui n’était qu’un huis-clos familial va s’étendre bien plus largement, obligeant chacun à jouer un jeu qui n’est pas le sien.

A la lecture du résumé on pourrait s’attendre à un déroulement de polar classique. Il n’en est absolument rien. Si cadavres, enquête, fuite et course poursuite sont présents dans l’histoire, la (dé)construction du récit crée un genre tout à fait différent. Toutes les deux ou trois pages Benjamin Adam introduit un personnage qui devient pendant un temps le « héros » de la narration. En détaillant brièvement son histoire et sa situation par rapport au récit principal l’auteur crée une distance entre nous et eux. Ce système permet de se situer à une place toute particulière, celle de Dieu (et donc aussi celle de juge). Contrairement aux protagonistes qui évoluent sous nos yeux, nous savons « la vérité » car nous avons accès à tous les points de vue et nous observons de haut les erreurs se commettre et l’inévitable se produire. Difficile alors d’aimer ou de haïr un personnage. On s’attache à chacun mais on ne peut s’empêcher dans le même temps de les trouver pathétiques ou à côté de la plaque. Même ceux chargés de bonnes intentions finissent par se retrouver dans une situation que l’on ne peut accepter.

Chronique sociale et surtout profondément humaine, Joker nous emmène à la rencontre non pas de héros mais d’hommes et de femmes du quotidien (vous et moi, quoi) devant faire face à des choix inattendus… Sans qu’il y ait vraiment de bonne réponse.

Maintenant vous voilà prévenus. Même si vous pensez avoir les cartes en main, un Joker peut tout changer !

Joker, Benjamin Adam, La Pastèque, 18 €

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :