Trashed – Derf Backderf

trashed1

Entendez-vous les clochettes tintinnabuler? Décembre est revenu et avec lui son cortège de décorations kitsch, traditions et courses de Noël effrénées. Quiconque est déjà rentré dans un grand magasin entre le 10 et le 24 décembre, sait bien qu’il n’y a pas que le Père Noël qui est une ordure ! Puisqu’on est a parler de courses et d’ordures, tournons-nous vers la dernière publication de Derf Backderf. Cet auteur et dessinateur américain a le chic pour nous plonger sans fard dans les petits travers de nos vies banales.

Ici, nous rencontrons J.B. , jeune homme d’une vingtaine d’années qui prend doucement le chemin de la loose. Il a arrêté ses études, vit chez ses parents et attend que le temps passe sur le canapé. Devant une telle absence d’énergie, sa mère lui met un grand coup de pied au derrière et voilà notre héros qui répond à une petite annonce lue dans le journal. J.B. fera donc bien sa vie dans la vie active. Il sera éboueur.

Nous embarquons immédiatement avec lui pour découvrir cette ville banale du fond de l’Ohio et son quotidien à l’arrière du camion, à côté de la benne et à hauteur d’ordures. On découvre avec notre héros la joie des sacs de poubelles mal fermés mais aussi toute une galerie de personnages haut en couleur. N’oublions pas qu’on les voit par ce qu’ils ont de moins reluisant, leurs poubelles. Au-delà des anecdotes, pour certaines hilarantes, Derf Backderf aborde aussi sur l’envers du décor, l’organisation et les luttes de pouvoir liées à ce ramassage des ordures.

Pour construire ce récit, l’auteur s’est inspiré de sa propre expérience, il a lui-même été éboueur pendant un an. C’est peut-être cette expérience qui rend les anecdotes tellement réelles et tellement cocasses. Pourtant, en écrivant une fiction il a réussi à s’extraire de sa propre histoire pour finalement nous confronter à nos propres limites : nos poubelles vomissent de gâchis ! Une fois l’année passée avec J.B. et ses acolytes, le récit est complété par un cahier d’informations beaucoup plus documentaire. Si ce complément peut être un peu lourd à lire après cette chouette tranche de rigolade, il a le mérite de mettre en perspective nos petits sacs poubelles et d’observer les effets des rebuts de la société de consommation.

J’ai découvert Derf Backderf grâce à sa publication Mon ami Dahmer, récit dans lequel il nous raconte les années d’écoles qu’il a partagé avec celui qui deviendra un des serial killer les plus meurtriers des Etats-Unis. Backderf choisit pour ça de nous parler de sa propre expérience, de ses souvenirs tout en essayant constamment de prendre de la distance pour élargir son propos. J’ai retrouvé le même angle d’attaque dans Trashed, nous parler de sujets graves par l’angle de l’humour, du quotidien et de la banalité.


 

Trashed, Derf Backderf, Édition Ça et là, 22 €

Mon ami Dahmer, Ça et là,  20 €

trashed planche derf-backderf-trashed-interview-7

 

 

 

 

 

 

Marion

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :