Sujet 375 – Nikki Owen

Afficher l'image d'origine

 

A quel moment fini la réalité et quand commence la paranoïa ? C’est là toute la question de ce petit bijou de chez Super 8.

Loin d’être comme le compatriote Rémi (hyper méga fan de Super 8), j’avais du mal à trouver réellement mon bonheur chez cette maison d’édition. [A part pour Prime Time. Prime Time c’est génial.] Et puis un jour, il me dit qu’il en a un qui devrait me plaire. C’est bizarre et ça met mal à l’aise. Quand on me dit ça, ça me donne très envie de voir de quoi ça s’agit. Oui, oui. Vraiment. Bref, je me suis attaquée à la bête et effectivement, ça m’a plu.

Alors, de quoi ça parle ? Maria, médecin espagnole expatriée en Angleterre est atteinte du syndrome d’Asperger. Elle est en prison, reconnue coupable du meurtre sanglant d’un prêtre. Le problème, c’est qu’elle ne s’en souvient pas. Son Asperger fait tourner son cerveau à mille à l’heure et parfois, elle ne sait pas si ses souvenirs sont réels ou simplement inventés. Le roman se découpe en deux partie : au début, on est avec Maria lors d’une session de thérapie avec Kurt, son psy. Puis, on nous raconte son arrivée à la prison. Et tout le livre se déroule comme ça : Maria raconte à son thérapeute son arrivée à la prison, ce qu’elle y a découvert et ce qui la fait douter. Mais, avouons le, le thérapeute est pas hyper clean. Suivant la narration de Maria, on ne sait jamais vraiment si ce qu’elle raconte se passe réellement ou si ce n’est qu’une simple invention de son esprit. Kurt lui dit qu’elle invente des choses, pour se protéger elle même. Pourtant, Maria note tout ce qui lui arrive dans son carnet et elle est persuadée de la véracité de ses dires. Alors, qui doit-on croire ? Notre narratrice, seule vision de ce qui se passe ? Ou bien doit-on croire qu’effectivement, elle est complètement folle et que son thérapeute est là pour l’aider et ne conspire absolument pas contre elle ?

C’est ce qui est totalement passionnant dans ce livre. Le doute constant. On n’est jamais vraiment sûr de qui l’on doit croire. Qui veut aider Maria et qui, au contraire, lui veut du mal. On parle de projets secret avec le MI5 (service de renseignements anglais), d’expériences menées sur Maria, de drogues et de meurtres. Où est la réalité dans tout ça ? Il nous faut attendre les derniers chapitres pour réussir à y voir clair. Et encore, à la toute fin, on ne sait finalement pas si Maria prend la bonne décision ou pas. Et tout l’intérêt de la lecture se pose ici : remettre en cause toutes les informations qui nous sont données. Ne pas prendre pour acquis et réel ce qui se passe.

Je ne vous cache pas que pendant la lecture, on peut se sentir un peu paranoïaque soi-même…


Sujet 375 – Nikki Owen – Editions Super 8, 20 €

Zoé.

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :