archive

Dossier Cul

71Vhqw2rFhL

Si, comme le dit Côme dans l’introduction à ce dossier, la sexualité et sa représentation sont des éléments qui nous permettent d’apprendre sur nos sociétés et l’Homme en général, l’auteur dont je vais vous parler aujourd’hui pousse, par son travail, ses représentations jusqu’à l’extrême de certains rapports humains… Pour le dire plus simplement et de manière moins évasive : je vais vous parler ici de domination et même de sadomasochisme. Evidemment un nom vient tout de suite à l’esprit : Sade, ce cher marquis. Et bien raté, je ne vais pas m’étendre sur ce remarquable auteur. Tout d’abord parce que je ne le connais pas assez puis parce qu’il est d’une autre époque et que j’aimerai parler de l’apport d’un auteur contemporain à sa société dans le monde d’aujourd’hui.

Read More

Publicités

Ne vous fiez pas à la couverture, ceci n’est pas un roman pour midinette

Pendant longtemps, j’ai été sage, prude et innocente. Pour moi, la littérature érotique était vraiment un monde inconnu. Et un jour, en me promenant entre les rayons de la médiathèque de la ville de ma jeunesse, j’ai trouvé un roman d’une auteure qui m’était complètement inconnue : Superstar d’Ann Scott. J’avais quatorze ans et j’étais en plein dans ma période rebelle. Alors l’histoire d’une femme qui évolue dans l’univers de la nuit et de la musique, ça m’a tout de suite tentée. En plus, il était apparemment question d’une relation amoureuse tumultueuse. Tout pour séduire mon cœur d’adolescente. Si j’avais su la claque que j’allais me prendre, je m’y serais préparée.

Superstar, c’est l’histoire de Louise. Louise vient de décrocher un gros contrat qui lui permettrait enfin de vivre de sa musique : la techno. Parce que pour le moment, elle est au RMI (on est dans les années 90′) et sa vie se résume à sortir en boite avec ses copines et à mixer quelques fois, sans grande gloire.  La drogue est présente aussi. Ce contrat, c’est sa chance. Surtout depuis qu’elle n’est plus avec sa copine, Alex.

Read More

Nozokiana 1

Je ne suis pas un spécialiste du Hentaï, mais de mémoire, les mangas traitant de sexe de façon explicite tout en ayant un scénario qui n’est pas qu’un prétexte se compte en France sur les doigts d’une main (une fois qu’on a exclu l’ero-guro, dont le sexe n’est qu’une des thématiques). Les meilleurs sont à mon sens Blue et La fille de la plage. Et il y a Nozokiana. Qui commençait bien.

On y suit Kido, jeune homme rentrant à la fac et s’installant dans un nouvel appartement. Lorsqu’il s’aperçoit qu’un trou laisse entrevoir l’intérieur de l’appartement voisin, sa voisine, Emiru Ikuno, lui propose alors un jeu de voyeurisme consistant à s’épier mutuellement et à tour de rôle.

Le pitch de départ était attrayant, d’autant plus que les éditions Kurokawa ont effectué un excellent travail d’adaptation, en particulier avec ce concept de couverture en forme de trou de serrure par lequel on aperçoit chaque fois une Emiru plus que lascive, et la possibilité d’ôter la jaquette (on y est encouragé par l’encart « déshabillez-moi ») pour en voir un peu plus. Bref, Nozokiana laissait présager d’un manga de sexe plus réfléchi que la moyenne.

Et le premier volume confirme cette bonne impression. Concept original, personnages intéressants, vraisemblance du propos malgré son côté décalé, dessins sublimes, représentations des scènes de sexe avec une maestria certaine, bref, le manga commence très bien.

Read More

arsan

 

C’est un fauteuil en rotin qui a marqué plusieurs générations, c’est un film, tout aussi iconique et non moins kitch mais c’est avant tout un roman qui a fait scandale à sa sortie et qui a depuis trouvé son lectorat.

Deux mots, guère plus, sur l’histoire qui n’est que prétexte à des enchaînements de parties de jambes en l’air sans cesse renouvelées. Emmanuelle, jeune mariée, quitte la France pour rejoindre son mari à Bangkok. Elle y rencontre Mario, esthète, qui l’emmène dans un parcours initiatique érotico-philosophique.

Qu’on ne s’y trompe pas, ce texte est bien ici un roman érotique, une narration rythmée par les jeux érotiques et les mises en situations sexuelles et c’est cette histoire qu’on retrouve dans le film de Just Jeakin (sorti en 1974). Pourtant, il serait outrageusement réducteur de s’arrêter à cet unique aspect du roman. Emmanuelle nous emmène dans la recherche d’un Eden fantasmé, un monde d’une liberté presque naïve. Le texte est entrecoupé de pages entières dans lesquelles Mario déroule un commentaire sexualisant des philosophes occidentaux. Si ces passages peuvent sembler incongrus dans un roman érotique, ils arrêtent le récit, et parfois la lecture.

Read More


Les Voyages de Teddy Beat
     Les Melons de la Colère

Disclaimer : Lecteurs sensibles, méfiez-vous. Ci-dessous, vous trouverez des exemples de perversion que vous ne soupçonniez même pas et des atteintes à la moralité que je me dois de condamner avec véhémence, parmi lesquels du sexe inter-espèce en bande désorganisée et des accouplements extra-terrestres. Vous l’aurez compris, cet article est sponsorisé par Satan lui-même alors : « fuyez, pauvres fous !« 

La collection BDCul est une preuve de mauvais goût que l’on doit à Cizo, graphiste et designer de mauvais goût, collaborateur de longue date de Winshluss (autre auteur de mauvais goût), qui travaille par ailleurs pour le même éditeur de mauvais goût : Les Requins Marteaux. Bref, BDCul c’est un peu le Sodome et Gomorrhe de la bande dessinée franchouillarde. Albums petit format façon fumettis, ces bande dessinées friponnes et bon marché du début des années 60 lancés par Eric Losfield en Italie, la collection BDCul présente des récits de série B qui jonglent entre érotisme, pornographie et… humour !

Read More

Nouveau dossier  !

12162149_10153815307386178_1941871770_o

En guise de préliminaire :

Le monde du vivant à quelques petites choses qui le définit, comme la respiration ou le besoin de se nourrir. Mais dans quel but ? Se reproduire pardi !

Et oui, c’est bien la reproduction, ou plutôt l’un de ses dérivés qui nous intéresse aujourd’hui. L’humanité a la chance, partagée avec quelques autres espèces, de ressentir du désir et du plaisir devant l’acte sexuel, ce qui entraîne même sa pratique dans des cas où la reproduction n’est pas en jeu. Et cette semaine, c’est au travers des arts que nous présentons dans ces pages, que nous allons évoquer cette grâce qui étreint notre espèce.

J’ai nommé : « Le Dossier Cul ».

Du Satyricon, l’un des premiers romans de l’histoire, en passant par l’œuvre du Marquis de Sade, jusqu’au plus récent Histoire d’O ou même 50 Nuances de Grey, la littérature et sa compagne la bande dessinée, sont remplies d’exemples qui nous prouve l’intérêt que nous avons pour ce type de lecture.

Read More