archive

Humour

Thursday Next, détective littéraire au sein des Opsec, va se voir confronter à Archeron Hadès, un génie criminel aux étranges capacités.

C’est une uchronie que nous présente Jasper Fforde dans l’affaire Jane Eyre et ces suites. L’Angleterre et la Russie sont en guerre depuis un siècle pour la Crimée. Le groupe Goliath dirige en secret l’Angleterre et le Pays de Galles est une nation indépendante. La littérature y est extrêmement importante, et des conflits armes peuvent avoir lieu entre défenseurs de tels ou tels auteurs.

C’est un peu compliqué de vous parler de ce qui fait le cœur de cette série sans vous spolier la fin du premier tome. Donc, si vous voulez découvrir le premier livre, sachez que cette enquête mâtinée de fantastique est pour l’instant le meilleur tome que j’ai lu de cette série. Maintenant, passez votre chemin (et allez lire d’autres articles de mes chers compagnons).

À la fin du premier tome, Thursday découvre l’existence du monde des livres, endroits ou sont créer et stocker les histoires, présentes et à venir, dans lesquels les personnages vont jouer leurs rôles, mais aussi vivre leurs vies en dehors du développement de l’intrigue. Et notre héroïne va intégrer la police de cet endroit et commencer à découvrir l’envers du décor.

Pourquoi cette série est si bien ? Au-delà de la mise en abîme permanente, et qui ne fais que s’enrichir en nous plongeant toujours plus loin dans le jeu de l’auteur. Et surtout, si votre plus grand rêve est d’écrire un livre, ce bon vieux Jasper vous explique, entre les lignes, comment éviter les écueils narratifs ou vous apprend certains concepts bien utiles. Et pour ceux qui auraient une passion pour la littérature classique anglaise, voire la cession de management de la colère des personnages des Hauts de Hurlevents reste un moment splendide.


L’affaire Jane Eyre, Jasper Fforde, 10/18, 9.60€
Délivrez-moi !, Jasper Fforde, 10/18, 9.40€
Le puits des histoires perdues, Jasper Fforde, 10/18, 8.60€
etc…

Côme

Publicités

48432
Deadpool est un mercenaire avec un pouvoir de régénération et surtout une bonne grosse vieille schizophrénie. Alors qu’il est convoqué devant une commission sénatoriale pour répondre de ses crimes, il décide de revenir sur ses origines. Mais peut-on le croire ?

Deadpool, c’est le personnage marrant de l’univers Marvel. Une bonne grosse brute plutôt stupide qui parle avec ses deux voix intérieures. Une de ses caractéristiques importantes est surtout qu’il sait qu’il est dans un comics et n’hésite jamais à s’adresser aux lecteurs.

Dans cette histoire, il nous raconte sa vie. Enfin, plutôt sa vie à travers le prisme de ses fantasmes. On découvre comment il fut intégré au projet arme X et les causes de sa défiguration. À chaque fois, deux récits sont mis en opposition. Le premier est celui de Deadpool, le second est sûrement plus proche de la réalité.

Malheureusement, le dessin n’est pas forcément ce qu’il y a de plus beau et reste dans les standards des comics des années 2000, avec des couleurs brillantes à en crever les yeux et des proportions étranges. Quelques fulgurances de Jason Pearson ne sauvent pas ce côté là du comics. Mais pour une fois que ce personnage a accès à un scénario bien badass, ce n’est pas quelque chose qu’il faut louper.

Et oui, Deadpool est maudit. Alors que c’est un des anti-héros parmi les plus cools de Marvel, il a toujours eu le droit aux pires scénarios de l’histoire. Seuls quelques titres sont à sauver, comme Deadpool Corp, Dark Reign ou celui que je vous présente aujourd’hui : Il faut sauver le soldat Wilson.


Il faut sauver le soldat Wilson, Jason Pearson et Duane Swierczynski, Panini Comics, 13 €

Côme

 20110203194542_t1G_10967_01

téléchargement (1)

Wesley Gibson est un looser. Maltraité au travail, trompé par sa copine avec son meilleur ami, sa vie va mal… Jusqu’au jour où il apprend que son père est mort et qu’il doit le remplacer dans la société de supers vilains qui gouverne le monde.

Commençons directement par ce qui blesse. Le film. Ces « connards » en ont fait un film de merde ! Et maintenant, dès que j’en parle à quelqu’un, on me rit au nez (qui est imposant donc c’est facile) et on m’évoque cette horreur ! Bref, vous allez comprendre pourquoi…

Le monde de Wanted est très similaire au nôtre à l’exception d’un petit détail : il est gouverné en secret par des supers vilains. Meurtre, vengeance, viol pour la partie personnelle et voyage dans des dimensions parallèles ;  Wesley est maintenant bien occupé avec son nouveau boulot, surtout avec les intrigues entre les différents protagonistes.

Read More

téléchargement (9)
Hughie est un homme heureux. D’origine écossaise, ayant immigré aux États-Unis, il y a trouvé l’amour. Avec sa douce, ils se promènent tranquillement dans la ville, se font des mamours, discutent de tout, de rien, du futur et PAF ! LA COPINE DANS LE MUR ! Et notre pauvre Hughie avec les deux bras de sa bien-aimée qui lui restent dans les mains…
Malheureusement pour elle, un combat opposant un super-héros et une de ses Némésis a mal tourné. C’est à ce moment qu’apparaît Butcher, chef de l’équipe chargée de surveiller, et dans quelque cas défoncer, les “Super”, qui va recruter notre pauvre Hughie au cœur brisé.

Read More

9782266243124

Non ce livre n’est pas un roman d’héroïque fantasy, mais bien un OLNI comme le proclame la quatrième de couverture (Objet Littéraire Non Identifié). Pour être plus précis il s’agit d’un recueil de nouvelles farfelues, désopilantes, surréalistes mais néanmoins sérieuses. Derrière un humour extravagant se trouvent croqués les travers de notre société, de l’homme en général et peut-être aussi les nôtres…

En tout cas soyez tranquille si vous entrez à L’ANPE il ne se passera rien… De conscient en tout cas…… (Avant Cuba !)

Non messieurs vous ne savez pas ce qui se cache en réalité sous les jupes des filles. Rassurez-vous, c’est sous une de ces yourtes que l’auteur va s’installer pour tout nous dévoiler. (Heureux comme un Samoyède). Read More