Le dernier arpenteur des sables – Jay Holser

dernier arpenteurs des sables

De temps en temps on tombe sur une bande dessinée qui nous met sur le cul, ça arrive plus souvent qu’on ne le croit, surtout pour nous libraires. Ce fut le cas pour celle-ci, aussitôt le carton ouvert, aussitôt feuilletée, aussitôt achetée. Et oui, je ne perds pas de temps moi, efficacité maximum !

Si j’ai tout de suite accroché c’est pour plusieurs raisons. D’abord, la première de couverture, aguicheuse, joli dessin, un insecte qui écrit dans un journal, tranquillement assis sur une feuille avec sa petite sacoche à ses pieds. Ensuite, c’est gros, à vue de nez, on va dépasser l’heure de lecture, que du bonheur, en y regardant de plus près 500 pages de délices !

Maintenant, le contenu. On commence la lecture, un petit guide d’identification des scarabées nous apprend qui sont nos petits héros, leurs particularités, leurs noms et comment les reconnaître. Pratique pour ne pas se perdre, on se lance donc dans l’histoire, un petit groupe d’intrépides insectes scientifiques dont la chef n’est autre qu’une femelle coléoptère qui répond au doux nom de Lucy. Vient ensuite la petite équipe composée de scarabées d’espèces différentes, la professeure Bombardier, l’intrépide Raef, et Mossy, accompagné du professeur Owen, le ministre des sciences de leur ville Coleopololis, qui semble avoir une pince contre eux (quoi, on dit dent ? Oui ben je m’adapte !). Ensemble ils vont s’aventurer hors des murs de la ville, au-delà de l’oasis. Lucy en est persuadée, il existe d’autres formes de vie que celles qu’ils connaissent et elle compte bien mener cette expédition afin de faire la plus grosse découverte. Bien vite, notre équipe rencontre d’autres êtres vivants mais le machiavélique professeur Owen est prêt à tout pour s’approprier cette découverte.

Ce ne sont là que les prémices d’une grande aventure se déroulant dans un monde entièrement façonné par l’auteur, tandis que se trame une conspiration au sein de la ville, menée par un groupe appelé L’Ordre du Scarabi, qui tente d’étouffer toute l’histoire de leurs ancêtres ainsi que les découvertes qui pourraient changer leurs vies. C’est en avançant dans le récit que l’on apprend par bribes les vestiges de leur civilisation, une ancienne ville qui a été entièrement détruite. La légende veut que le dieu Scarabus ait provoqué cette chute pour punir les habitants de ce qu’il considérait comme une quête de savoir malsaine.

Graphiquement, c’est beau, en noir et blanc, des dessins fins et détaillés, on accroche tout de suite. C’est plein d’action, d’humour et surtout d’insectes. C’est écrit et dessiné par Jay Holser qui est un entomologiste désireux de partager sa passion et son savoir. Et c’est réussi, qu’on se le dise, que vous aimiez ou non les insectes, on adhère. L’auteur décrit d’ailleurs tellement bien les caractéristiques liées à chaque espèce qu’on ne peut pas se perdre. Tout est écrit et décrit avec une précision du détail qui vous laisse sur le cul.

Vous cherchez une bande-dessinée pour un anniversaire, un cadeau de Noël ou simplement un cadeau pour le plaisir, vous êtes en quête d’une bonne lecture en cette fin d’année ou tout simplement pris par l’envie de poser vos fesses sur un canapé au chaud sous la couette avec un bon livre, ne cherchez plus il est là !


Le dernier arpenteur des sables, Jay Hosler, Cambourakis, 25 €

Rémi

PlancheS_48269 (1) 9782366241525_pg PlancheA_251322

Publicités

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment cette page :